• Crème brûlée au butternut.

    Crème brûlée au butternut.

    Crème brûlée au butternut.

     

    Crème brûlée au butternut ( en 2 temps, 2 jours à l’avance)

     

    La saison des soupes est bientôt terminée et il reste des courges butternut dans le garde-manger. Ce ne sont pas les idées qui manquent pour les utiliser. Ces cucurbitacées que l’on désigne parfois sous le joli nom de « doubeurre » tant leur chair est douce et légèrement sucrée (mais moins que le potimarron) sont si bien protégées par leur épaisse peau qu’elles se conservent des mois au sec. Je suis toujours surprise de constater que, plus de six mois après leur récolte, leur chair est aussi ferme et appétissante qu’au premier jour. Que faire, donc avec les butternut restants ? Une crème brûlée !

     

    Recette pour six personnes :

     

    De préférence la veille, éplucher, couper en gros cubes et faire cuire à la vapeur le butternut. Laisser s’égoutter (presser un peu au presse purée pour faire sortir le plus d’eau possible).

     

    Le lendemain, prélever environ 140 gr de chair (le reste pourra servir pour un gratin) et l’écraser le plus finement possible à la fourchette. ( A noter que si l’on s’y prend trop tard, il est possible aussi d’assécher la chair du butternut en la passant au four ou à la poèle à feu doux.)

     

    Préchauffer le four à 150 degrés.

     

    Parallèlement,  battre 9 jaunes d’œufs avec 90 gr de sucre jusqu’à blanchissement. Ajouter le contenu d’une gousse de vanille, puis la purée. Continuer à battre pour obtenir un appareil le plus lisse possible. Ajouter ensuite 30 cl de crème fleurette et 50 cl de lait. Verser dans des ramequins de préférence en terre et placer au bain marie dans la lèchefrite du four pendant 40 mn.

     

    Laisser refroidir et mettre au frigo jusqu’au lendemain.

     

    Un quart d’heure avant le dessert, saupoudrer les crèmes de cassonade. Les réchauffer un peu au four et, au dernier moment, sous surveillance, mettre sur position grill pour caraméliser le dessus. Servir.

     

    Un Gewurztraminer vendange tardive ou un Vouvray demi-sec feront un bon accord.

    A noter que les blancs d’œufs inutilisés peuvent servir à faire des macarons ( en plus !)

     

     

     

    « Le serpolet.Jardinludique sur "La Quotidienne" - France 5 »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :